Amélioration des Sols par les Inclusions Rigides

Modèles physiques

Des modèles physiques ont été mis au point en chambre d’étalonnage pour étudier le transfert de charge autour d’une tête d’inclusion, l’influence de l’épaisseur de la couche de répartition et, pour une même épaisseur de cette couche, les différences entre un dallage et un remblai pour des conditions de matelas comparable.

Les modèles physiques les plus intéressants ont été ceux faits en centrifugeuse où toutes les conditions de similitude sont respectées. La capacité de la centrifugeuse de l’IFSTTAR à Nantes atteint 100g et il a été fait le choix d’un modèle au 1/28 pour étudier un groupe de 9 inclusions et d’un modèle au 1/12 pour des essais avec plateau mobile permettant de simuler le tassement du sol sur des groupes d’inclusions. En tout, 35 essais en centrifugeuse ont été réalisés pour une étude paramétrique détaillée selon le type d’ouvrage supporté (remblai ou dallage), l’espacement des inclusions, la hauteur de la couche de répartition et le type de matériau de cette couche (grave naturelle ou limon traité).

asiri_centrifugeuse_IFSTTAR

Les modèles en chambre d’étalonnage montrent une certaine différence entre remblais et dallages pour de faibles épaisseurs da la couche de répartition, différence qui s’estompe lorsque l’épaisseur augmente. Ils montrent également que la granularité du matelas est un facteur clé. Il a également été mis en évidence une réversibilité moindre pour un remblai que pour un dallage, ce qui souligne le rôle important joué par le dallage (comportement élastique réversible) par rapport au remblai où les cisaillements qui accompagnent le transfert de charge sont irréversibles.

Les essais de plateau mobile ont permis de valider que le modèle de Prandtl développé pour une semelle filante pouvait également être utilisé pour évaluer la contrainte limite sur une tête d’inclusion, sous un dallage. Il a également été établi que l’importance des déformations justifiait l’adoption de l’angle de frottement à l’état critique plutôt que de l’angle de frottement de pic.

Ces résultats ont guidé le choix des règles de vérification explicitées dans les Recommandations et également celui des règles pour la vérification des conditions de cohérence des modèles simplifiés de dimensionnement.

Direction du projet

Président : François SCHLOSSER
Vice-Président : Olivier COMBARIEU
Directeur scientifique et technique : Bruno SIMON (TERRASOL)

Gestion administrative et financière

IREX
9 rue de Berri
75008 PARIS
E-mail : contact@irex.asso.fr
Tel : +33 (0)1 44 13 32 79